Bulletin aéronautique de PolyAir

Bulletin aéronautique de PolyAir 22/01/20

Revue de presse aéronautique

Un rapport préliminaire sur l’accident du Boeing 737 d’Ukraine International Airlines a été publié 

L’Organisation de l’aviation civile iranienne (CAO) a publié un rapport d’enquête préliminaire sur l’écrasement d’un Boeing 737 d’Ukraine International Airline qui a eu lieu de 8 janvier. Dans ce rapport, la COA indique que deux missiles sol-air de courte portée de conception russe M1-TOR ont été tirés en direction de l’avion de ligne. L’état-major iranien avait déjà endossé la responsabilité de ce drame le 11 janvier. Les premières déclarations faisaient toutefois état du tir d’un seul missile et non de deux. Depuis l’écrasement une vidéo montrant le tir des deux missiles a été publiée. La branche aérospatiale des gardiens de la révolution explique ces tirs par une « erreur humaine » évoquant le mauvais choix d’un opérateur d’une batterie de missiles qui aurait pris le Boeing pour un missile de croisière.

Le lieu de l’écrasement au sud de Téhéran. ©Fars News Agency [CC BY 4.0]
Malgré la pression mise par l’Ukraine et le Canada pour que les boîtes noires soient transférées en Europe, l’Iran ne semble pas disposé à les faire sortir de son territoire. Le rapport indique que les autorités iraniennes souhaitent décoder eux-mêmes le contenu des boîtes noires. Pour ce faire, Téhéran a demandé les équipements nécessaires au BEA français et au NTSB américain.

De nombreux membres de la communauté universitaire canadienne ont péri dans l’accident. Une minute de silence a donc été observée dans les universités canadiennes le 15 janvier pour rendre hommage aux 176 victimes.

Un syndicat de pilotes européen demande plus de protection à la suite de l’écrasement 

European Cockpitt Association (ECA) qui représente plus de 40 000 pilotes déplore le manque de coopération au niveau européen sur la protection des avions de ligne contre les zones de conflits. En effet, contrairement à l’administration de l’aviation des États-Unis (FAA), l’agence de la sécurité aérienne européenne (EASA) n’a aucune autorité pour interdire le vol des avions commerciaux dans des zones à risque désignées. Cette responsabilité incombe aux états membres qui peuvent produire des NOTAMs à cet effet.

L’ECA critique la frilosité qu’ont les pays européens à partager des renseignements d’ordre militaire sur les zones à risque. Cette réticence étant l’un des principaux freins à la mise en place de procédure à l’échelle européenne.

Les tragédies du vol 17 de Malaisia Airlines et du vol PS752, tous deux abattus par des missiles aux portes de l’UE, sont les preuves que la mise en place de processus à plus grande échelle et plus rapide sont nécessaire selon l’ECA.

Le premier vol du 777X est prévu pour le 23 janvier 

On peut lire sur le site Flight Global que Boeing a prévu un décollage vers dix heures jeudi, le premier vol n’aura toutefois lieux que si des conditions météo clémentes sont au rendez-vous. La nouvelle évolution du 777, le 777X comporte deux variantes : le 777-9 de 426 sièges et la version 777-8 avec une endurance accrue. Les modifications incluent notamment de nouveaux moteurs GE9X, des ailes en composite et des bouts d’aile repliables au sol.

Le premier vol du 777-9 est prévu pour le 23 janvier. ©Boeing

Le plan initial de Boeing d’effectuer le premier vol en 2019 avec les premières livraisons en 2020 avait été revu à cause de problèmes du durabilité sur des ailettes du compresseur haute pression des moteurs. Le développement de la version 777-8 a également été suspendu pour le moment.

Ce premier vol constitue néanmoins un événement à célébrer pour les employés de Boeing qui vivent une période difficile. Le 777X totalise 309 commandes, un chiffre assez décevant alors qu’Emirates a réduit sa commande de 150 appareils à 115.

 Quatre enseignants portent plainte contre Delta 

À la suite du largage de carburant d’un de ses Boeing 777-200, Delta a été attaqué en justice par des enseignants d’écoles qui ont vu leur école aspergée de jet-A1. L’avion en question avait déclaré une urgence après avoir subi le décrochage du compresseur d’un de ses moteurs alors qu’il était en montée après son départ de LAX. D’après le site AvWeb.com, l’avion s’est en suite positionné pour atterrir sur la piste 25L, stoppant sa montée à 8000 pieds. L’avion a ensuite largué du carburant en vent arrière, en base et en finale avant d’atterrir. Comme on peut l’entendre sur l’enregistrement de liveatc.net, les pilotes n’ont pourtant pas fait suite aux questions du contrôleur sur le besoin de larguer du carburant.

Les pilotes tentent généralement de larguer du carburant au-dessus de zones inhabitées ou à une altitude permettant au carburant de s’évaporer avant d’atteindre le sol.

Dix-sept enfants et adultes qui étaient dans l’école élémentaire touchée ont subi des blessures légères. Aucun d’entre eux n’a dû être conduit à l’hôpital.

Vidéo de la semaine 

Voici le vol transatlantique d’un A220-300 lors de son vol de livraison vers Riga. Si vous n’avez pas deux heures de temps libre en ce début de session, la visite prévol à 16’07’’ permet de découvrir l’avion de près.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *