Bulletin aéronautique de PolyAir

Bulletin aéronautique de PolyAir 10/11/19

Sélection de nouvelles de la semaine :

Le premier des 45 A220 destiné à la compagnie nationale Air Canada est sorti de l’atelier de peinture vendredi. D’après le site Les Ailes du Québec,  l’avion qui vient donc de sortir de la ligne d’assemblage finale de Mirabel va maintenant passer à la phase de préparation au premier vol. L’A220 permettra à Air Canada de renouveler sa flotte d’avions monocouloirs et de poursuivre le développement d’une des flotte les plus moderne et efficiente du monde avec un âge moyen de la flotte prévu à 8.5 ans pour 2021. Les A220-300 d’Air Canada seront configurés en deux classes avec une capacité de 137 sièges.

Le premier A220 destiné à Air Canada. ©Airbus.com

On peut lire sur le site Aerotime Hub qu’il y a du nouveau dans l’enquête sur la défaillance non confinée d’un moteur PW1500G d’un A220-300 de Swiss Air le 25 juillet sur un vol Genève – Londres. Des parties d’un rotor du premier étage du compresseur basse pression qui avaient été éjectés lors de la panne ont été retrouvées dans l’est de la France. Ces trouvailles ont eu lieu lors de recherches menées les 6 et 8 novembre par le personnel du Bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA), des employés de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) et des bénévoles. Les pièces trouvées permettront au NTSB, américain d’en savoir plus sur les trois pannes de moteur survenues cette année sur les moteurs des A220-300 de Swiss Air qui ont provoqué la publication de consignes de navigabilité par Transport Canada et la FAA.

Le nouveau design des aubes de la turbine de pression intermédiaire du moteur Trent 1000 de Rolls-Royce qui a pour but de mettre un terme aux problèmes de fatigue prématurée n’entrera vraisemblablement pas en service avant 2021. D’après un communiqué de Rolls-Royce relayé par Flight Global, les nouvelles aubes de turbine qui devaient être livrées pour le début de 2020 « N’ont pas satisfait aux exigences d’amélioration de la fiabilité » prévues. Le motoriste britannique a indiqué qu’il augmenterait ses efforts de maintenance pour réduire l’impact des problèmes touchant le Trent 1000 sur les opérateurs du Boeing 787 en attendant qu’une version plus robuste des aubes de turbines touchées soit disponible.

On peut lire sur le site AIN online que le programme d’aéronef sans pilote furtif développé par Airbus désigné « Low-Observable UAV Testbed » (LOUT) a été présenté à la presse mardi dans l’usine Airbus de Manching dans le sud de l’Allemagne. Les journalistes ont pu apercevoir le banc d’essai permettant d’effectuer les essais de section efficace radar. Cette présentation intervient alors que la configuration géométrique ainsi que le revêtement furtif ont été finalisés. Le programme LOUT a pour but de mettre en place une approche globale de la furtivité qui inclut la réduction des signatures radar, thermique, acoustique et visuelle ainsi que des contre-mesures électroniques. Le projet n’est pas destiné à produire un démonstrateur volant mais vise à développer des compétences qui pourront être réutilisées dans d’autres programmes du constructeur européen tel que le Typhoon. 

Présentation du la maquette du LOUT d’Airbus. ©Airbus Press

Toujours chez Airbus, on a assisté cette semaine à la signature d’un nouvel accord couvert par Air & Cosmos qui étendra les opérations effectuées sur le site de Tianjin en Chine. Le chaine d’assemblage finale dédiée aux avions de la famille A320 montera en cadence pour arriver à un rythme mensuel de 6 avions par mois soit deux fois plus qu’actuellement. L’usine est aussi équipée d’un centre d’aménagement cabine, peinture et livraisons destiné à la famille A330 qui sera équipé pour effectuer les finitions des A350 destinés aux clients asiatiques et effectuer la livraison des appareils.

Accident de la semaine :

Un Boeing 727-200 cargo qui effectuait un vol entre Laredo, Texas et Tuscaloosa, Alabama le 28 janvier 2019 a vu son train d’atterrissage avant s’affaisser lors le l’atterrissage. L’avion a consécutivement été immobilisé sur la piste reposant sur les trains principaux et l’avant du fuselage. D’après la description de la séquence d’événements disponible dans le rapport préliminaire du NTSB, le capitaine aurait ignoré l’indicateur d’avertissement de la position du train d’atterrissage avant, l’avertissement sonore du train d’atterrissage et les alertes du Ground Proximity Warning System (GPWS). Le capitaine a aussi ignoré les avertissements du copilote qui avait suggéré de rentrer puis de ressortir le train ainsi que d’effectuer une remise de gaz. Dans une interview suivant l’accident, le capitaine a déclaré avoir demandé de rentrer et ressortir le train d’atterrissage, ces demandes sont toutefois inaudibles sur l’enregistrement et n’ont pas été notifiées par les autres membres d’équipage.

Vidéo de la semaine :

Lors de la réception par les Pays-Bas du tout premier F-35 opérationnels basé sur son territoire, au lieu de recevoir le salut habituel des lances à eau des pompiers de la base, le F-35 a en fait été aspergé de mousse retardant aveuglant au passage le pilote. Les camions de pompiers qui avaient récemment été appelés pour une urgence sur un F-16 avaient oublié de repasser leur lance en mode eau. La vidéo a été publiée par la ministre de la défense hollandaise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *