Bulletin aéronautique de PolyAir

Bulletin aéronautique de PolyAir 14/10/19

Sélection de nouvelles de la semaine :

Cette semaine a bien commencé pour Bombardier avec un vol record pour le Global 7500 qui continue d’impressionner sur le marché des avions d’affaire haut de gamme. Le site Les Ailes du Québec a relayé un communiqué du 7 octobre de l’avionneur Montréalais qui indique qu’un vol de 8 225 miles marins a été effectué entre Sydney et Détroit, ce qui en fait la plus longue liaison entre deux villes effectué par un biréacteur d’affaires sur mesure. Ce vol confirme les performances exceptionnelles du dernier-né de Bombardier qui a obtenu de multiples prix tel que l’avion d’affaires de l’année 2019 par le Robb Report.

Le Global 7500 en vol. Source : bombardier.com

Airbus a célébré la livraison du millième avion de la famille A320neo le 10 octobre, il s’agit d’un A321neo qui a été livré à la compagnie indienne IndiGo. Une photo de la livraison à Hambourg a été posté sur le compte twitter d’Airbus Press. Le premier A320neo a été livré il y a un peu plus de trois ans à Lufthansa. D’après Air et cosmos, Airbus avait un carnet de commande fort de 6 600 commandes fermes à la fin septembre 2019.

Il y a du nouveau du côté de la version long-courrier de la famille A320neo, l’A321LR. Les compagnies Air Transat et TAP Portugal ont toutes les deux lancé l’avion monocouloir sur des lignes transatlantiques. Cette semaine marque ainsi une transition importante dans l’industrie. En effet, ce type de route long-courrier était habituellement réservé aux gros porteurs mais les performances de la gamme A320neo associé à la capacité d’emport de carburant accrue de l’A321LR ont permis cette révolution. Le fait d’avoir des avions plus petits permet aux compagnies d’offrir des services long-courriers sur des lignes moins fréquentées et à une fréquence plus élevée.

La FAA a publié une directive le 3 octobre pour les modèles Boeing B737NG ordonnant l’inspection des ferrures de fixation d’aile sous sept jours pour les avions ayant accumulé plus de 30 000 cycles. On peut lire sur le site Aerotime que des fissures ont été détectées sur des avions ayant accumulé entre 35 578 et 37 329 cycles alors que la pièce mise en cause a été conçu pour résister à 90 000 cycles soit la durée de vie prévue de la cellule. D’après Boeing, au 10 octobre, 38 des 810 appareils inspectés ont révélé des fissures sur les ferrures de fixation d’aile soit 5% des avions inspectés. Parmi ces 38 appareils, deux sont opérés par Southwest et 11 par GOL. Boeing a aussi indiqué que ce problème de fatigue prématuré ne concerne pas la flotte de 737 MAX ni les P-8 Poseidon, variante militaire utilisée par la marine américaine.

L’aviation royale canadienne recevra bientôt ses nouveaux avions de recherche et de sauvetage. Le site avionslegendaires.net relate que le premier des Airbus Defense & Space CC-295 qui devront remplacer les vénérables de Havilland Canada CC-115 Buffalo a été présenté par Airbus Defense & Space sur son site se Séville en Espagne. L’avion devrait être livré fin Novembre pour une entré en service prévue pour début 2020. Les nouveaux appareils hériteront de la livrée jaune et rouge emblématique des avions de recherche et de sauvetage.

CC-295 destiné aux forces canadiennes. Source : airbus.com

L’Inde a réceptionné son premier Rafale sur le site Dassault Aviation de Bordeaux Mérignac où une cérémonie s’est tenue en la présence du ministre de la défense Indien et de la ministre des armées française. Cet avion est le premier d’une commande de 36 exemplaires qui seront assemblés en France. Si des commandes supplémentaires venaient à être signées, les avions seraient cette fois assemblés en Inde comme indiqué dans l’article d’Air et cosmos.

Accident de la semaine :

Cet accident plutôt cocasse a eu lieu sur l’île Grec de Naxos. Un ATR-42 de la compagnie Sky Express est sorti de piste à reculons. D’après The Aviation Herald il est commun pour les turboprops décollant de Naxos d’effectuer une marche arrière après avoir remonté la piste et s’être aligné pour maximiser la distance de décollage disponible. Cette manœuvre est rendue possible grâce aux hélices à pas variable qui peuvent avoir un angle de calage négatif et ainsi fournir une force poussant l’avion vers l’arrière. L’avion a été fortement endommagé lorsque le train d’atterrissage principal a dépassé le seuil de piste. Il n’y a pas eu de blessé lors de l’accident.

ATR-42 accidenté sur l’aéroport de Naxos. Source : avherald.com

Vidéo de la semaine :

Si vous êtes pilote vous avez forcément pensé à la possibilité d’un atterrissage d’urgence sur une route. Dans cette vidéo, Paul Bertorelli vous explique avec son sarcasme habituel comment se sortir d’une telle situation avec « style et grâce ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *