Bulletin aéronautique de PolyAir

Bulletin aéronautique de PolyAir 22/09/19

Sélection de nouvelles de la semaine:

Dans l’actualité aéronautique cette semaine, Mitsubishi Aircraft Corporation annonce l’ouverture du « Centre montréalais SpaceJet » à Boisbriand. Cette information, relayée par le site les ailes du Québec, fait partie de la stratégie de Mitsubishi qui est de puiser dans le savoir-faire québécois pour accéder au marché des avions régionaux avec son programme SpaceJet (anciennement MRJ).  En effet, l’avionneur japonais s’est heurté à d’importantes difficultés lors du développement et peine actuellement dans la phase de certification repoussant la mise en service originellement prévue en 2013 à 2020.  Ce seront environ 100 emplois en ingénierie axé sur la certification et l’entrée en service qui seront créés. Une journée de recrutement destiné aux professionnels expérimentés en développement de produits aéronautiques était organisé le 21 septembre aux studios MTL Grandé. François Legault a annoncé jeudi qu’un prêt à taux zéro de 12 M$ sur 5 ans avait été accordé à Mitsubishi par le gouvernement du Québec.  Mitsubishi a déjà conclu un accord de vente pour racheter le programme CRJ de Bombardier en juin l’entreprise accédera ainsi à une infrastructure de marketing, de service et de vente d’envergure pour se propulser sur le marché mondial.

Crédits: Alec Wilson from Khon Kaen, Thailand [license CC BY-SA 2.0]

Airbus a annoncé sur son compte twitter la livraison du 9000ème avion de la famille A320 le 13 septembre. Il s’agit d’un A320neo qui volera sous les couleurs de la compagnie européenne EasyJet. La flotte de la compagnie est entièrement constitué d’avion de la famille A320 avec 126 A319, 168 A320CEO, 186 A320NEO et quatre A321NEO. Ce chiffre impressionnant en fait le deuxième avion de ligne le plus vendu au monde derrière le Boeing 737.

Airbus est aussi apparu dans l’actualité à la suite d’un incident dans un hangar de son site d’assemblage de Mobile en Alabama le 13 septembre. Les Ailes du Québec rapportent une déclaration d’Airbus qui indique que le système anti-incendie avait été activé dans un hangar d’assemblage et qu’aucun feu n’avait été détecté lors de l’incident. L’incident a eu lieu en-dehors des horaires de production et aucun employé n’a été blessé. D’après les Ailes du Québec un A220-300 aurait été aspergé de mousse retardante qui serait pénétrée dans le fuselage alors que l’avionique avait déjà été installée. Airbus coopère actuellement avec Delta, la compagnie qui doit recevoir l’A220 concerné par l’incident.

Les problèmes de fatigue prématurée des aubes de la turbine de pression intermédiaire du moteur Trent 1000 de Rolls-Royce continue d’impacter la flotte de B787. À la suite d’une série d’incident incluant celui couvert par le bulletin du 8 septembre qui a causé un arrêt moteur sur un appareil de Norwegian Airlines, nombre de compagnies ont dû immobiliser une partie de leur flotte de B787. AIN online indique que Rolls-Royce a déclaré que la résolution du problème prendra plus longtemps que prévu. Le constructeur Britannique prévoit que le nombre d’avions immobilisés ne sera réduit à une dizaine qu’au deuxième trimestre de 2020.  Ce délai est le résultat de l’augmentation des besoins de maintenance lié au remplacement de aubes défectueuses ne correspondant pas au dernier standard.

L’aviation navale embarquée sans pilote a franchi une nouvelle étape aux États-Unis avec le premier vol d’un prototype du MQ-25A Stingray le 19 septembre dans la région de Saint Louis. Le MQ-25A Stingray est le prototype du premier avion sans pilote de ravitaillement embarqué destiné à la marine Américaine. Le site USNI News indique que le prototype développé par Boeing a effectué un vol de deux heures sous le contrôle de pilotes d’essai. Le vol incluait le roulage et le décollage effectués de manière autonome ainsi qu’une validation des fonctions de vol principales. Ce premier vol d’essai intervient deux ans avant la date de livraison prévue du premier MQ-25. Les États-Unis sont à la pointe de l’aviation navale embarqué, ayant accompli le premier appontage d’un avion sans pilote en 2013 avec le démonstrateur Northrop Grumman X-47B à bord du porte-avion George H.W. Bush.

Incident de la semaine:

Crédits: flybyeigenheer [CC BY-SA 2.0]

On peut lire sur le site Flight Global qu’un incident grave a eu lieu sur un C-Series CS300 de la compagnie Swiss Air le 16 septembre 2019. Lors d’un vol régulier entre Genève et Londres Heathrow. Alors que l’avion était en fin de monté au niveau de vol 350, une panne moteur est survenu sur le moteur gauche. L’équipage a effectué les procédures appropriées et s’est posé à l’aéroport de Genève. Une inspection a révélé la séparation du rotor de l’étage 1 du compresseur basse pression qui a perforé le carter. Les CS300 de Swiss Air son équipé du PW1500G de Pratt & Whitney.

Un incident similaire avec la séparation du même rotor avait eu lieu sur un CS300 de Swiss Air le 25 juillet en monté passant le niveau de vol 320. Le vol qui desservait aussi la ligne Genève – Londres avait été détourné vers l’aéroport Paris Charles de Gaulle.

Avion de la semaine:

En l’honneur de la journée planeur organisé par PolyAir cette fin de semaine, je vous présente un avion qui a fait le mariage entre le planeur et le réacteur. La réunion de ces deux technologies, à priori incongru, a eu lieu dans la France de l’après-guerre quand l’industrie aéronautique Française était encore balbutiante. Cet avion est le prototype Fouga CM.8 Cyclone qui effectua son premier vol en 1949.

Fouga CM.8 Cyclone. Source: avionslegendaires.net

Cet avion fut construit pour servir de démonstrateur pour un avion d’entrainement à réaction. La cellule était celle du planeur d’entrainement CM.813 construit en bois et son moteur était un réacteur Turboméca Piméné, l’un des premiers réacteurs de conception française qui avait une poussé de 90 kg seulement. Lors de son premier vol 14 juillet 1949, 7 mois seulement après le lancement de programme, le CM.8 Cyclone devint le premier avion à réaction de conception 100% française à prendre l’air.

Ce prototype fut la première étape qui mena au célèbre Fouga CM.170 Magister, avion emblématique qui équipa la patrouille de France de 1956 à 1980. On discerne d’ailleurs des similarités entre les deux appareils avec l’empennage en « V » originellement utilisé afin de pouvoir disposer un réacteur sur le dos du fuselage du Cyclone. On peut noter la progression fulgurante impulsé par les ingénieurs Castellno et Mauboussin ayant permis de passer du planeur à un jet d’entrainement en l’espace de huit ans.

Fouga Magister. Source: Tandorini [CC BY-SA 3.0]

Vidéo de la semaine:

Il n’est pas rare pour les planeurs d’effectuer des atterrissages en campagne lors de vols longue distance. Lors des compétitions de planeur les participant ont d’ailleurs une équipe avec un véhicule et une remorque pour pouvoir récupérer le planeur et le pilote. Cet événement est donc beaucoup moins dramatique que lorsqu’il s’agit d’avions. Cet exercice reste néanmoins « sportif ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *